Accueil » Noir sur blanc » «Une rencontre qui nous attend»
trip-web

«Une rencontre qui nous attend»

Il y a dans ces quelques mots prononcés par Eva Paventi lors d’un reportage diffusé par Radio-Canada jeudi matin, tout l’espoir d’un meilleur lendemain; l’audace de provoquer les rendez-vous; la volonté de tisser les liens; le rappel de notre humanité. Eva Paventi, son conjoint Marc-André Audet et leur bambin Philémon vont accueillir chez eux, dans un an peut-être, Zeidan, Selena, George, Hanna et Rehab Chabo.

Le couple montréalais entame en ce moment le processus de parrainage volontaire de cette famille syrienne. Il s’engage à subvenir à ses besoins pendant un an en défrayant de ses poches environ 25 000 $. Une noblesse et une grandeur d’âme dont plusieurs autres Québécois feront preuve au cours des prochains mois. Des gestes qui tranchent avec cette peur démesurée; celle qui a été alimentée par la pétition «Non à l’immigration de 25 000 réfugiés», signée par plusieurs milliers de nos concitoyens.

L’effroyable massacre d’innocents survenu à Paris vendredi dernier doit être condamné de vive voix. Éliminer des dizaines de personnes avec un sang-froid pareil dépasse l’entendement, suscite des questionnements sur l’état mental des terroristes au moment des faits. «Un stimulant, classé dans la catégorie A des drogues ou similaire, a été détecté par les médecins légistes durant l’autopsie», rapportait le Daily News en faisant référence au terroriste qui avait arrosé de balles des touristes sur une plage tunisienne en juin dernier. Le Captagon, cette «pilule d’Allah», viendrait apparemment boucler le travail des idéologues islamistes à l’égard des candidats prêts pour le décapage de leur cerveau.

Évidemment – s’il vous plaît, ne me lapidez pas! – cette manipulation de l’esprit par des drogues synthétiques n’excuse pas du tout le massacre de Tunis. On saura peut-être bientôt si cette technique a aussi été utilisée pour la tuerie de Paris. Les 129 personnes innocentes mortes dans la Ville Lumière, et toutes ces victimes des attentats terroristes survenus en Europe récemment, n’ont rien à voir avec les bombardements sur l’Irak et la Syrie. Il s’agit de victimes «collatérales», comme le sont les populations civiles iraquiennes et syriennes sur qui pleuvent des bombes. Et il n’y a pas de journalistes dans ces États déliquescents qui peuvent en témoigner; on n’en sait rien!

S’informer sur un sujet lointain, complexe, devient dans ce cas un exercice nécessaire, un devoir de citoyen. Il importe de garder son sens critique, d’être aux aguets devant les faiseurs d’opinions, les penseurs à sens unique qui ne font qu’exacerber les tensions, alimenter les divisions et consacrer un petit peu plus à chaque fois, hélas, le choc des civilisations.

Par bonheur, il y a encore un espoir, celui de voir se réaliser cette rencontre attendue qui va réunir Eva Paventi, Marc-André Audet et Philémon avec Zeidan, Selena, George, Hanna et Rehab Chabo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.