Accueil » Articles » Actualités » Une pharmacie aspire à devenir écoresponsable
Judith Cayer et Amélie Provost. Photo : Michaël Turcotte
Judith Cayer et Amélie Provost. Photo : Michaël Turcotte

Une pharmacie aspire à devenir écoresponsable

La pharmacie de Judith Cayer et d’Amélie Provost a entamé un processus pour devenir la première pharmacie écoresponsable dans la région.

«C’est un engagement sur deux ans, car nous voulons prendre le temps pour le faire comme il faut», commente Mme Provost, copropriétaire de la pharmacie située à McMasterville et affiliée à Familiprix.

Les deux pharmaciennes se sont engagées à remplir plusieurs conditions, entre autres: «avoir plus de produits écocertifiés et bio; informer les clients à propos de ces gammes de produits; réduire la quantité de circulaires; utiliser des contenants en plastique recyclé; gérer un système de récupération des seringues; publiciser davantage la récupération des médicaments expirés, qu’on envoie à une compagnie d’incinération; et amener les employés à participer au projet», détaille Mme Cayer.

Les deux copropriétaires ont emboîté le pays à neuf autres pharmacies devenues écoresponsables grâce à Maillon vert, une entreprise créée par Marc-André Mailhot, un pharmacien basé à Montréal. «On voulait personnaliser notre pharmacie pour qu’elle nous ressemble plus. Marc-André est arrivé avec le projet, qui correspond à nos valeurs», confie Mme Cayer, non sans ajouter que sa collègue et elle font leur part en matière de protection de l’environnement. Et de citer l’écomarché, l’achat local, le compost ainsi que l’utilisation d’un véhicule hybride et d’un autre qui consomme moins d’essence.

Mmes Provost et Cayer se disent conscientes du coût financier de cet engagement alors que leur entreprise a comme priorité d’être rentable. «La baisse de la consommation d’énergie, la réduction de l’utilisation du papier, la réutilisation des contenants en plastique; tout ça, c’est aussi une façon de réduire nos coûts.»

Un virage que les deux pharmaciennes prévoient entreprendre au cours des deux prochaines années. «Il y a aussi une volonté de démontrer son leadership, d’avoir une vision d’une pharmacie qui apporte un plus à la communauté», note en entrevue M. Mailhot, qui assure que le projet d’amener des pharmacies à devenir écoresponsables ne relève pas du greenwashing.

Le promoteur du projet dit qu’il a d’abord procédé à un diagnostic de la pharmacie pour relever «ses forces et les points à améliorer». Il cite «les résultats d’un sondage maison (qui) nous indiquent que 90 % de nos clients nous pressent à protéger l’environnement. Dans le développement durable, c’est l’évolution, la technique des petits pas qui comptent», soutient M. Mailhot, qui juge nécessaire la participation des clients.

Marc-André Mailhot, dirigeant de Maillon vert.

Marc-André Mailhot, dirigeant de Maillon vert.

Maillon vert a lancé en 2014 le Guide des meilleures pratiques en développement durable, qui est appuyé par de nombreux organismes tels l’Ordre des pharmaciens du Québec, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires et la Fondation David Suzuki.

4 Commentaire

  1. Bravo! Vous êtes des modèles de pratique!

  2. Cela devient de plus en plus pressant d encourager toute entreprise qui favorise le developpement durable.

    Bravo a ces deux propriétaires d une pharmacie et a Maillon vert.

  3. Bravo à vous deux..
    Je suis contente de voir que tout fonctionne bien et ne changez pas vous êtes de très bonnes personnes…

    France

  4. Céline Brossard

    Amélie, je ne connais pas ta consoeur mais ton attitude est tout à fait en accord avec ce que j’ai connu de toi. Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.