Accueil » Chroniques » Famille » Les grands-parents et l’art de jouer
En étant attentifs, il est possible que vous remarquiez que les enfants souhaitent que nous les observions avec intérêt. «Viens nous regarder jouer», disent-ils parfois.
En étant attentifs, il est possible que vous remarquiez que les enfants souhaitent que nous les observions avec intérêt. «Viens nous regarder jouer», disent-ils parfois.

Les grands-parents et l’art de jouer

Emma, quatre ans, établit la liste des gens de son entourage qu’elle aime et ceux qui lui sont indifférents. Surpris, ses grands-parents lui demandent pourquoi elle n’aime pas sa tante Sophie. La réponse ne se fait pas attendre: «Elle ne joue même pas avec moi.» C’est le premier critère de la petite pour se sentir aimée et pour manifester en retour son affection. Mais plusieurs grands-parents disent: «Je ne sais plus jouer et cela me fatigue de sentir tourbillonner mes petits-enfants autour de moi.» 

Pourtant, le jeu est l’expression favorite des enfants, car tout leur univers y est inscrit. C’est au travers du jeu que les enfants expriment leur imagination fertile et inventent leur propre monde. En faisant parler des personnages, que ce soit des poupées ou des camions, ils intègrent aussi à leurs jeux leurs émotions: joie, colère, tristesse, jalousie…

«Viens nous regarder jouer»

En étant attentifs, il est possible que vous remarquiez que les enfants souhaitent que nous les observions avec intérêt. «Viens nous regarder jouer», disent-ils parfois. Olivier, neuf ans, est fier de ses nombreuses acrobaties dans les modules du parc; constater le regard admiratif de ses grands-parents et entendre leurs mots d’encouragement le réjouit. 

Accompagner

Lors de ses cours de natation, il regarde pour voir si ses parents et grands-parents l’observent, et il leur pose des questions après le cours: «As-tu vu mes pirouettes pendant que je plongeais?»

 

Plusieurs enfants consacrent de nombreuses heures aux jeux vidéo. À moins d’être aussi accros qu’eux, les grands-parents voient souvent cette pratique d’un œil critique. Alors, ils racontent que quand ils étaient jeunes, les jeunes allaient dehors tous les jours. Pourquoi ne pas amener leurs petits-enfants jouer au ballon ou observer la nature?

 

N’est-ce pas la prérogative des grands-parents de lire des histoires et encore mieux d’en inventer, ce qui semble encore plus apprécié? Les enfants ont leurs livres préférés. Mais une visite à la bibliothèque, surtout à l’heure du conte, est une sortie prisée. Et quand on aime lire, on ne s’ennuie jamais, l’ennui étant un problème nouveau pour nos petits.

Participer

Les petits aiment participer à nos activités. À première vue, cela peut sembler fatigant. Mais généralement, au bout de 5 ou 10 minutes, ils repartent vers d’autres jeux. Quoi qu’il en soit, durant cette courte période, ils apprennent à planter des fleurs, à les arroser, à mélanger les œufs pour l’omelette du brunch, à laver les casseroles et à les essuyer, à balayer le plancher, à changer les pneus d’hiver pour des pneus d’été (ou du moins à aider à le faire), à brosser des cheveux, à se maquiller… Certains peuvent devenir, très jeunes, de véritables experts.

Retrouver notre cœur d’enfant

En s’assoyant à leur niveau ou en marchant à quatre pattes, nous entrons dans leur univers et rajeunissons par le fait même. Et ne s’agit-il pas des plus beaux cadeaux que nous puissions recevoir, ces dessins faits spécialement pour nous? Quelle preuve d’amour! Pourquoi ne pas en exposer quelques-uns sur le réfrigérateur, tenus par des aimants? Et Emma, tout heureuse, de dire: «Regarde ce que Papy et Mamie ont fait de mes dessins!»

 

2 Commentaire

  1. J’ai toujours aimé jouer. À te lire, chère Claire, cela me rappelle tant d’heureux souvenirs avec mes
    petits-enfants. Comme j’ai eu uniquement des filles, ma fille m’a laissé montrer à jouer aux gros camions
    à mon petit-fils. Et combien d’histoires j’ai lu ou écrites à ces chers petits-enfants, devenus grands trop
    rapidement! Quelle bonne idée tu as eue de rappeler ainsi, à nous les aînés, que nous pouvons encore
    jouer ou du moins regarder et encourager. Tu as raison, c’est tellement précieux pour eux. Merci et
    félicitations!

  2. Ma chère amie, tu continues d’être toujours aussi géniale. J’espère qu’on te lit à profusion et qu’on te transmet intimement à nos connaissances, ce que je vais faire.
    Prends soin et continue d’écrire
    Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.