Accueil » Articles » Actualités » La Commission scolaire des Patriotes présente son «bulletin»
Le bilan annuel 2014-2015 a été présenté le 1er décembre. Photo: Pierre Chapleau/ Les Productions Prac
Le bilan annuel 2014-2015 a été présenté le 1er décembre. Photo: Pierre Chapleau/ Les Productions Prac

La Commission scolaire des Patriotes présente son «bulletin»

La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a terminé l’année scolaire 2014-2015 avec un déficit de 792 142 $, dû en partie au fait que le plan de compressions n’a pas rapporté les économies escomptées.

«Nous avions assoupli les règles pour les congés sans solde, mais les demandes de congé ont été en deçà des prévisions», rapporte la présidente de la CSP, Hélène Roberge. Selon les plus récents indicateurs de gestion du ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche disponibles au moment de présenter le rapport (ceux de 2012-2013), la CSP affiche le plus bas taux de dépenses administratives par élève au Québec avec 350 $ par élève contre une moyenne provinciale de 482 $. La CSP accueille 31 522 élèves à temps plein, soit 500 de plus que l’an dernier, dans ses 53 écoles de niveau primaire et préscolaire, ses 11 écoles secondaires, son centre de formation des adultes et son centre de formation professionnelle.

En 2014-2015, la CSP a investi 11,5 millions de dollars pour améliorer et rénover ses écoles. À McMasterville, les travaux de reconstruction de l’école La Farandole, dont un pavillon a été incendié en juillet 2014, ont débuté en octobre dernier. La nouvelle école, relocalisée sur le boulevard Constable, permettra de réunir sous un même toit tous les élèves des deux pavillons à la rentrée 2016.

Réussite scolaire

«Nos élèves continuent de réussir de mieux en mieux», souligne Hélène Roberge. Le taux de diplomation et de qualification des élèves de la CSP pour 2014, calculé sur sept ans, se chiffre à 81,5 %, soit 3,1 % de plus que pour l’année scolaire précédente. La moyenne québécoise se situe à 73,8 %. Le taux de diplomation des garçons (75,4 %) a aussi augmenté par rapport à l’année précédente (72,4 %). Le taux de décrochage est à la baisse avec une moyenne de 12,8 % en 2012-2013, contre une moyenne provinciale de 17,8 %.

Il reste toutefois du travail à faire en français, où les cibles n’ont pas toutes été atteintes, tant au primaire qu’au secondaire. Malgré tout, en 2013-2014, avec un taux de réussite de l’épreuve unique de français cinquième secondaire, volet écriture de 79,8 %, la CSP a mieux fait que la moyenne québécoise (68 %).

Le bilan annuel fait aussi état de la réussite de la politique Accord pour les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (ÉHDAA) au niveau secondaire. «Sur les quelque 120 élèves qui ont fréquenté le service Accord l’an dernier, on constate que le taux de réussite par matière (français et mathématiques) s’améliore et qu’il est maintenant de plus de 50 %. Ces résultats positifs démontrent que les élèves sont en mesure de réussir dans le programme “régulier” au secondaire», ajoute la présidente.

La CSP investit environ 10 millions de dollars de plus dans les services aux élèves ÉHDAA que ce qu’elle reçoit du ministère. «Lorsque le ministre indique qu’il n’y a pas eu de compressions pour ces services, il ne mentionne pas que toutes les autres compressions diminuent notre marge de manœuvre», révèle Mme Roberge.

Hélène Roberge s’est dite fière des accomplissements réalisés dans un contexte difficile de compressions budgétaires. Le bilan annuel complet, ainsi que le rapport du protecteur de l’élève, sont disponibles sur le site internet de la CSP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.