Accueil » Chroniques » Leadership en affaires » Jean Béliveau: le leadership à l’état pur
Jean Béliveau et moi en pleine discussion lors d'un autre hommage.
Jean Béliveau et moi en pleine discussion lors d'un autre hommage.

Jean Béliveau: le leadership à l’état pur

Au matin du 3 décembre, mon téléviseur m’apprenait une triste nouvelle: Jean Béliveau était décédé la veille. Je l’ai connu et interviewé à plus d’une reprise. Il nous quittait à l’âge de 83 ans. Son héritage est incroyable.

Je possède une publication de 1964: « L’enfance, la vie et la prodigieuse carrière de Jean Béliveau« .

La préface, signée par Zotique Lespérance, porte le titre «Jean Béliveau, le plus bel exemple pour notre jeunesse!». M. Lespérance était journaliste sportif au le journal La Patrie et animateur de Bonsoir les sportifs à CKAC. En 1949, il amorçait ainsi l’une de ses émissions: «Faire l’éloge de Jean Béliveau est chose facile pour moi, car c’est le cœur qui parle.»

1951, Frank Selke s’évertuait à concrétiser la venue d’un jeune hockeyeur surdoué de la ville de Québec, Jean Béliveau. L’une de ses déclarations en disait long sur le jeune prodige: «Le Canadien manquerait de loyauté envers la jeunesse canadienne-française si nous ne réussissions pas à faire de Jean Béliveau un membre de notre équipe.»

1953 fut une année stratégique: Le Canadien achète la Ligue de hockey Senior du Québec. Jean Béliveau âgé de 22 ans se marie avec Élise Couture de Québec. Il signe finalement avec le Canadien.

 

Jean Béliveau: une carrière de 19 saisons (1952-1971) dans

la Ligue nationale de hockey

Parties Buts Passes Points
Saisons régulières 1125 507 712 1219
Séries éliminatoires (17 participations) 162 79 97 176
Les distinctions remportées dans le monde du hockey
1955-1956 Trophée Art-Ross: meilleur pointeur de la saison
1955-1956

1963-1964

Trophée Hart: joueur le plus utile à son équipe
1964-1965 Trophée Conn-Smythe: meilleur joueur des séries
1955-1993 10 Coupes Stanley comme joueur

7 Coupes Stanley à titre d’administrateur du club

 

Il est plus que probable que le record de 17 coupes Stanley que détient Jean Béliveau comme joueur/administrateur du Canadien demeurera longtemps (rappelons que le record, pour un joueur, est de 11 coupes Stanley et appartient à Henri Richard). Cela dit, la contribution de Jean Béliveau à la société québécoise ne s’est pas que sportive. Il était l’incarnation de l’essence du mot leadership.

1) Il avait le sens de l’honneur et une seule parole

Parfait gentilhomme, Jean Béliveau a toujours respecter sa parole. S’il a tant hésité à quitter Québec c’est à cause d’un certain Frank Byrne alors propriétaire des Citadelles de Québec. Béliveau à l’âge de dix-huit se joignait à l’équipe.  Byrne devant l’ouverture d’un nouveau Colisée lui aurait dit: «On a besoin d’une étoile pour le remplir. Cette étoile-là, c’est toi!» Béliveau a dû se sentir investi d’une mission.

2) Il était un joueur d’équipe

1951, les As de Québec décident de fêter Jean Béliveau pour le remercier de revenir jouer avec leur équipe.

Béliveau donne son aval à cette célébration. Il pose une condition: «je ne veux pas que mes coéquipiers soient oubliés.» On offre une Nash modèle Canadian Statesman de luxe à l’idole et des cadeaux à ses coéquipiers.

3) Il a toujours été une inspiration

Jean Béliveau a toujours prêché par l’exemple. Par son savoir-être et son savoir-faire, il fut toute sa vie une source d’inspiration nationale.

4) Il était un homme méticuleux et attentionné

Il s’appliquait à signer correctement les dédicaces aux amateurs de hockey. Il suggérait à ses coéquipiers de faire de même de manière à ce que leur nom soit lu facilement.

5) Il était un homme généreux

1971, le onze février, Jean Béliveau enregistrait un « tour du chapeau » contre les North Stars du Minnesota et le cerbère Gilles Gilbert et marquait son 500e but en carrière dans la LNH. Frank Mahovlich assiste à la scène à la gauche du but. Le Canadien veut célébrer l’exploit. Béliveau accepte, mais insiste pour qu’on remette une somme d’argent à la Fondation Jean-Béliveau qui est dédiée au mieux-être des enfants.

6) Il avait à cœur les valeurs familiales

Jean Béliveau refuse le poste de gouverneur général du Canada. Pourquoi?  Sa fille Hélène était devenue rapidement veuve. Mère à l’époque de deux adolescentes, Mylène et Magalie, leur grand-père désirait rester près d’elles. Ceux qui connaissent intimement la famille Béliveau se rappelleront ce que je veux dire.

Outre ces valeurs, Jean Béliveau se démarquait aussi par son humilité, son abnégation, sa loyauté et son courage. En 1971, Jean Béliveau se retire en tant que hockeyeur et il devient vice-président senior aux affaires sociales. [ Il a depuis reçu de nombreuses distinctions.

La reconnaissance publique

La LHJMQ décerne ainsi maintenant chaque année le trophée Jean-Béliveau au meilleur pointeur de la saison régulière. Mais la reconnaissance dont a fait l’objet le hockeyeur dépasse le monde du sport. Quelques autres nominations:

1971 – Le 4 octobre son chandail est hissé au toit du Forum de Montréal

1971 – Il était investi du titre d’officier de l’Ordre du Canada.

1972 – Il entrait au Temple de la renommée de la LNH.

1998 – Il était fait chevalier de l’Ordre national du Québec.

1998 – Il recevait le titre de compagnon de l’Ordre du Canada

2006 – Il était nommé officier de l’Ordre national du Québec.

2008 – Il recevait de l’Université Laval un doctorat honoris causa.

2010 – Il était nommé grand officier de l’Ordre national du Québec.

«Le talent est un cadeau, mais le succès ne vient qu’avec le travail.»

Jean Béliveau

Ses funérailles

À l’annonce du décès de Jean Béliveau, les drapeaux de l’hôtel de ville à Montréal, de l’Assemblée nationale à Québec, du Parlement à Ottawa ont été mis en berne. Le Canadien annonçait que des funérailles nationales commémoreraient le départ de monsieur Béliveau. Le dimanche 7 et le lundi 8 décembre, jours de chapelle ardente au Centre Bell. Puis, le mercredi 10 décembre prochain, les funérailles seront célébrées à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal, à compter de 14 h.

Merci Jean Béliveau!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.