Accueil » Articles » Actualités » Eaux usées: des investissements nécessaires à Beloeil
Cette illustration permet de comprendre le transport des eaux usées vers l’usine de traitement. Source: Régie d'assainissement des eaux de la Vallée du Richelieu
Cette illustration permet de comprendre le transport des eaux usées vers l’usine de traitement. Source: Régie d'assainissement des eaux de la Vallée du Richelieu

Eaux usées: des investissements nécessaires à Beloeil

La Ville de Beloeil devrait, au cours des prochaines années, poursuivre ses travaux d’infrastructures afin de réduire le nombre de conduites combinées qui se trouvent sur son territoire.

À l’heure actuelle, environ 47 % de son réseau est composé de conduites combinées, où circulent des eaux usées et de pluie. La Ville est autorisée chaque année par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) à déverser directement dans la rivière, grâce aux 28 ouvrages de «surverse», une certaine quantité d’eaux usées, surtout lors des averses de pluie. En 2013, 9 des 540 rejets effectués n’étaient pas autorisés. En 2014, la Ville a enregistré 471 débordements autorisés.

«Dans les années 1970 et 1980, explique Frédéric Rivard, directeur par intérim du Service du génie de la Ville de Beloeil, les branchements des drains français des résidences étaient envoyés à l’égout sanitaire (un système appelé «pseudo-séparatif»). Ça a créé un réseau parasitaire: quand il pleut, les bassins réagissent beaucoup.» Le MDDELCC, poursuit-il, étant exigeant à l’endroit des conduites combinées, si la pluie tombe toute la journée, «c’est là qu’on dépasse les autorisations. C’est un type de sous-bassin qui en est responsable.»

M. Rivard a évoqué les travaux effectués dernièrement sur la rue Laurier, dans le Vieux-Beloeil, pour réduire les débordements. Dans ce secteur, qui possède un système pseudo-séparatif, il existe encore des propriétés qui ont des drains français. «La Ville ne peut pas forcer les propriétaires à refaire leur drain français et leur branchement pluvial, soutient le directeur. C’est une toute petite partie (d’eau) par rapport au ruissellement des eaux de surface.»

Ces derniers travaux, fait observer pour sa part la mairesse Diane Lavoie, s’inscrivent dans l’enveloppe annuelle de quatre millions de dollars destinés justement à réduire le nombre de débordements, notamment par le remplacement des conduites combinées et par le gainage structural (la réhabilitation des conduites).

Éviter les refoulements dans les propriétés

Selon M. Rivard, la portion du réseau qui possède encore des conduites combinées (47 %) se trouve dans la partie basse située au sud de la route 116, dans le Vieux-Beloeil et sur «pas mal toute la largeur de la Ville. Le développement de la Ville s’étend vers le nord; l’intercepteur est parallèle à la rivière, explique-t-il. Si on fait des conduites séparées, elles se ramassent encore dans la conduite qui est en parallèle, plus les sous-bassins où il n’y a pas d’égouts. C’est là qu’on fait des ouvrages de surverse pour qu’il n’y ait pas de refoulements d’égouts.» Et de spécifier que «pour chaque ouvrage de surverse, le ministère fixe un certain nombre de débordements (autorisés)».

Le directeur par intérim a évoqué les bouleversements climatiques, qui peuvent se traduire par des pluies beaucoup plus abondantes; cela pourrait amener les responsables de la planification à revoir les prévisions en termes de crues.  «La même quantité d’eau qui prenait à l’époque trois jours (pour atteindre le réseau de canalisations), peut prendre maintenant trois heures», souligne M. Rivard en ajoutant, à titre d’exemple, que les noues (fossé végétalisé) aménagées lors des travaux sur la rue Laurier permettent à l’eau de s’infiltrer dans le sol et d’être absorbée par les arbres au lieu de se diriger vers le système de canalisations.

Le processus de traitement des eaux usées est bien vulgarisé sur le site internet de la RAEVR : www.raevr.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.