Accueil » Chroniques » Leadership en affaires » Desjardins valorisation – appui – soutien
Caisse-Desjardins-de-Beloeil--Mont-Saint-Hilaire

Desjardins valorisation – appui – soutien

Dans la lignée des grands bâtisseurs de l’histoire du monde des affaires au Québec, l’œuvre d’Alphonse Desjardins (6 mai 1841-4 juin 1912) rayonne plus que jamais au XXIe siècle. Les valeurs qu’il a su instituer sont immuables et elles transcendent le temps. L’un des héritiers de la pensée de Desjardins, Jacques Rémy, est le directeur-général de la caisse de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire. Pour performer, il sait que son équipe doit repérer les buts et savoir compter afin de capitaliser. Je lui ai posé quelques questions.

Quelle est la performance de la caisse de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire?

«Notre caisse se classe première au Québec en termes de profitabilité dans les caisses de classes 9 et 10, c’est-à-dire les caisses qui ont un potentiel d’affaires similaire au nôtre. Précisons que la clientèle de la caisse de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire compte plus de 39 000 membres. Je suis fier de mon équipe!»

Une belle réussite?

«Je me dis que, si quelqu’un nous confie un avoir, c’est qu’il compte sur Desjardins. Nous devons performer pour garder notre caisse en bonne santé financière. Soyons stratégiques, sachons capitaliser, réagissons au bon moment et créons de la richesse. Ceci pour avoir un excédent et ristourner nos membres selon les recommandations du conseil d’administration. Nous assurerons ainsi la pérennité et la croissance de notre caisse.»

Que faire alors que la croissance des dépenses, au Québec, dépasse celle des revenus, que les Québécois croulent sous l’endettement et qu’ils s’estiment trop imposés et taxés?

«Où étaient nos réserves financières? En premier lieu, faisons collectivement preuve de gros bon sens et vivons selon nos moyens. En second lieu, établissons une stratégie de reprise de contrôle grâce à un budget dont la vision sera à court, à moyen et à long terme. Autrement, on pompera nos factures aux générations futures. Conjuguons au présent la gestion de notre vie et de nos factures.» 

Que fait Desjardins pour contribuer à la relance économique?

«À travers Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif, nous promouvons l’entrepreneuriat. Ce programme offre du financement sous forme de capital-actions ou de prêt. À la demande des entrepreneurs, des solutions leurs sont présentées. Elles influeront sur leur évolution commerciale, la gestion des ressources humaines, celle des budgets, le marketing et la répartition des responsabilités. Par ricochet, notre influence peut contribuer à la création éventuelle d’emplois à l’interne.

Ainsi, un réseau d’expertises diverses est mis à la disposition des entrepreneurs, qui les conseillera autant dans leur croissance commerciale que dans leurs projets éventuels de fusion, d’acquisition ou de transfert. Notre portefeuille regroupe plus de 2 500 entreprises partenaires.» 

Le système d’éducation québécois doit-il être mis à profit?

«Lors de la réforme scolaire, on a enlevé les cours d’éducation économique dans les écoles secondaires. Ce fut, à mon sens, une erreur. Comment pensez-vous qu’un jeune de 4e ou de 5e secondaire ne sachant pas remplir un chèque puisse penser à établir un budget et à s’y conformer?»

En une décennie, l’endettement familial s’est accru de 56 %, et le ratio annuel par gain de 1,00 $ montre un endettement parallèle de 1,45 $. Le surendettement des familles du Québec est passé de 93 % à 145 %. Quoi penser?

«La politique moderne d’acquisition, c’est aujourd’hui et maintenant. L’impatience est mauvaise conseillère. Redoutez les offres de cartes de crédit d’un préposé en magasin. Songez-y à deux fois avant de réhypothéquer votre maison pour payer une carte de crédit. Sachez que le gouvernement fédéral n’autorise un tel refinancement qu’à 85 % de la valeur résidentielle. Nombre de projets sont mêmes refusés. Achetez consciemment!»

La Montérégie est une région parmi les plus fertiles du Québec, tant en nouveaux projets qu’en investisseurs désireux de s’impliquer, et on rapporte que l’économie y est ascendante. Qu’en pensez-vous?

«Les retombées qui sont médiatisées dans la Montérégie, nous les avons également dans la Vallée-du-Richelieu. Voilà un signe de la vitalité économique de notre MRC.»

Le vieillissement de la population déstabilisera-t-il le contingent d’entrepreneurs, et comment Desjardins y réagira-t-elle?

«Le vieillissement est un facteur présent pour tout le monde. Préservons notre savoir-faire pour faciliter la transition. Prenons un exemple. Trois jeunes acquièrent une entreprise. S’ils font appel à Desjardins, on s’assurera que ces trois jeunes possèdent les compétences nécessaires. Sinon, un travail complémentaire au niveau de nos ressources s’engagera pour assurer la transition et veillera non seulement à ce que ces jeunes soient capables de relever les défis, mais à ce qu’ils voient également venir les tendances. Notre bienveillance les aidera à réussir, assurera les emplois de leur personnel et les rendra heureux de faire ce qu’ils auront choisi de faire. Cela s’appliquera à chacun des autres dossiers que l’avenir du Québec confiera à Desjardins.»

Parlons maintenant des travaux entrepris récemment par la caisse. Quelles étaient les causes menant à une telle rénovation?

«Nous devions améliorer les conditions de travail des employés travaillant au sous-sol et sans fenestration, augmenter la confidentialité et rénover la partie existante de la caisse, qui remonte à plus de 50 ans, tout ceci dans le respect du développement durable.»
Qui a élaboré le nouveau design de notre caisse?
«La firme d’architectes ACDF (Montréal/Saint-Hyacinthe) est celle qui nous a proposé un agrandissement vers le stationnement existant pour minimiser l’impact environnemental.»
Qu’est-ce qui a marqué le processus décisionnel?
«Le but premier est de mieux servir nos membres. Ensuite, fournir un endroit physique à nos partenaires d’affaires Desjardins, et disposer d’une offre intégrée pour notre clientèle afin de poursuivre notre engagement dans le milieu.»
Quelle est l’envergure de l’investissement financier?
«Il s’agit d’un projet de 4,6 millions de dollars.»
Quel est l’échéancier des travaux?
«La fin des travaux d’agrandissement est prévue pour le 20 août 2014, et celle des rénovations de la partie existante pour la mi-octobre 2014.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.