Accueil » Articles » Actualités » Centre aquatique: Beloeil revoit sa stratégie
La mairesse Diane Lavoie
La mairesse Diane Lavoie

Centre aquatique: Beloeil revoit sa stratégie

Un sondage effectué par la Ville de Beloeil pour jauger l’intérêt des gens concernant le futur centre aquatique devrait amener l’administration de la mairesse Diane Lavoie à revoir sa stratégie afin de les convaincre de la pertinence du projet.

L’exercice a été effectué dans la semaine du 2 novembre par la firme L’Observateur au coût de 5000 $, soit après le dévoilement des résultats du registre. Selon celui-ci, 1128 personnes s’opposent au règlement d’emprunt de 13,5 millions de dollars en vue de la construction d’un centre aquatique à proximité du projet Faubourg du Richelieu, du Groupe Lobato.

Sur les 400 personnes sondées par la Ville, 85 % jugent nécessaire la construction de la piscine, tandis que 63 % disent avoir pris connaissance du document détaillant le projet. 65 % des répondants demeurent favorables au projet tel que présenté par la Ville, contre 24 % qui s’y opposent. La question suivante, destinée spécifiquement à cette dernière partie des sondés, demande: «Sachant que le site choisi par la municipalité n’aura pas d’impact sur le compte de taxes des citoyens, seriez-vous favorable ou défavorable à un tel projet?» La réponse: 43 % des répondants se disent favorables, 46 % s’affirment défavorables, et 11 % sont sans opinion. Le sondage montrerait donc, en faisant le total des résultats de ces deux dernières questions, que la proportion de personnes favorables au projet atteint 80 %.

«On voulait savoir à quel point les gens sont défavorables au projet, commente Mme Lavoie en réaction à ces derniers résultats. Il y a un groupe qui s’oppose à l’implantation où c’est prévu; un autre par rapport au coût. On voulait cibler les gens.» Mais qu’en est-il des 46 % qui sont contre le projet, même sans augmentation de taxes, a demandé Laurier Le Journal? La réponse de l’élue: «C’est 46 % sur 24 %; c’est pour ça qu’on veut prendre plus de temps pour bien expliquer le projet.»

La mairesse évoque les arguments des opposants à l’effet qu’entre l’endroit choisi (à la jonction de la 20 et de la rue Richelieu) et le secteur habité de la ville, il n’existe pas de service de transport en commun ni de piste cyclable: «On a prévu modifier le réseau de manière à amener un service du CITVR (Conseil intermunicipal de transport de la Vallée du Richelieu). (Le prolongement du) réseau cyclable est prévu dans la vision du développement actif pour ce secteur, qui est zoné récréotouristique.»

Quant aux craintes de voir dès la première année augmenter la facture du contribuable d’environ 130 $, Mme Lavoie accuse ce «groupe qui s’est arrangé pour présenter les chiffres autrement. Ce qu’on a expliqué, c’est que si on n’avait rien fait, l’impact serait de 130 $ sur le compte de taxes, mais on a reporté les travaux de 4 M$ pour alléger le fardeau de la dette. On a été hypertransparents, mais pas stratégiques.»

La mairesse tient à ajouter que «de trois à quatre projets seront présentés dans les prochains mois pour le développement de ce secteur-là (Faubourg du Richelieu). On ne considérait même pas les investissements pour les autres zones, on a 30 M$ chaque année. En 2015, c’est 35 M$. Ce sont de nouveaux revenus de taxes.»

Mme Lavoie assure, en terminant, que ce sondage effectué auprès de 400 personnes est représentatif en regard de la population de Beloeil, qui est de 21 921 habitants.

Notons que selon le sondage, 69 % des répondants seraient favorables à la tenue d’un référendum, et 67 % iraient «certainement» voter.

Un commentaire

  1. Il faut construire une piscine, c’est obligatoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.