Accueil » Chroniques » Histoire des gens d’ici (page 5)

Histoire des gens d’ici

La Saint-Valentin

Carte de souhaits de la Saint-Valentin (détails) (Musée McCord, Montréal, vers 1880-1910)

Allez-vous fêter la Saint-Valentin demain? Allez-vous passer un moment au restaurant ou ailleurs en compagnie de l’être aimé? Autrefois, quand arrivait le 14 février, nos pères et nos grands-pères n’y manquaient pas: ils envoyaient des messages anonymes, ils offraient des fleurs, des chocolats, des bonbons d’amour, tout pour attendrir la personne aimée. L’origine de la Saint-Valentin est obscure. Le mot valentin ...

Lire la suite »

Les coupeurs de glace

La coupe de la glace sur le Richelieu, devant l'ancien Hôtel Pointe Valaine d'Otterburn Park, à l'hiver 1949 (SHBMSH)

Autrefois, les cultivateurs conservaient leurs aliments pendant l’été au fond de leur puits, dans des caveaux ou encore dans des jarres hermétiques. Ceux qui habitaient près de la rivière y coupaient la glace et la conservaient pour tenir leurs aliments au froid. À partir des années 1920-1930, des commerçants de la région commencèrent à vendre de la glace aux habitants qui ...

Lire la suite »

La chandeleur

Les crêpes (Pieter Aertsen, Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, huile, 1562)

Le 2 février, nos anciens paroissiens célébraient autrefois la chandeleur, la plus importante fête entre l’Épiphanie (6 janvier) et le mercredi des Cendres (le 18 février cette année). Le mot chandeleur provient du latin candelarum, qui veut dire chandelles. La chandeleur, située 40 jours après Noël, annonçait le cycle des jours gras qui culminait avec le carnaval et le Mardi gras. C’était ...

Lire la suite »

Les veillées du temps des Fêtes

Une veillée du temps des Fêtes (J.-Edmond Massicotte, Les Canadiens d'autrefois, 1915)

Après les réceptions de Noël et du jour de l’An, qui réunissaient généralement les membres de la famille immédiate, janvier et février étaient autrefois consacrés à de grosses veillées, qui rassemblaient parfois plusieurs dizaines de personnes pour deux ou trois jours. Les hommes montaient dans la carriole ou le traîneau et se dirigeaient chez des parents parfois assez éloignés, pendant ...

Lire la suite »

Les loisirs d’hiver

Les amusements d'hiver au Canada (L'Opinion publique, 22 janvier 1880).

À Beloeil comme dans les autres paroisses, la saison d’hiver était une période de repos et de loisirs interrompus par des fêtes et des rencontres familiales. Les activités de loisirs étaient nombreuses et variées, et on en a retracé plusieurs. Bien sûr, les enfants pouvaient fabriquer des bonhommes de neige ou glisser en «traîne sauvage». Mais il y avait bien ...

Lire la suite »

Les Rois

La fête des Rois (Edmond-J. Massicotte, Musée national des beaux-arts du Québec, photolithographie et aquarelle, 1926)

Autrefois, lorsque arrivait le 6 janvier, les habitants de Beloeil, de Saint-Hilaire et des autres paroisses du Québec célébraient tous la fête des Rois. Jusqu’à récemment, cette fête religieuse était une fête d’obligation appelée l’Épiphanie; les paroissiens étaient tenus d’assister à la messe. La fête des Rois remonte à l’Antiquité. À cette époque, lors des Saturnales (des fêtes romaines qui se ...

Lire la suite »

La dernière tournée du père Noël

Santa Claus attendant que les enfants soient endormis (Canadian Illustrated News, non daté).

C’était à Saint-Hilaire en 1920, la nuit de Noël. Depuis plusieurs années, Cléophas Bernard avait pris l’habitude de se déguiser en père Noël, de monter dans sa vieille carriole et de passer distribuer les étrennes aux enfants de ses deux fils. Pendant cette nuit-là, il arrivait au grand-père de se prendre un peu pour le vrai père Noël. Mais sa ...

Lire la suite »

La guignolée

La guignolée (Edmond-J. Massicotte, Musée national des beaux-arts du Québec, aquarelle, 1923)

Le mois de décembre, moment de festivités et de rapprochements familiaux, est aussi un temps de solidarité sociale et d’entraide entre les personnes fortunées et les plus démunies. Les différentes guignolées organisées par des groupes sociaux nous rappellent l’importance du partage. Ces guignolées étaient essentielles dans nos campagnes d’autrefois. L’origine du mot guignolée n’est pas claire. Le mot guignolée vient ...

Lire la suite »

La préparation des Fêtes

100 Une boucherie à la campagne. Edmond-J. Massicotte, Les Canadiens d'autrefois, 1919

Dans nos anciennes paroisses, la préparation des Fêtes commençait après la Sainte-Catherine avec la période de l’Avent, qui durait quatre semaines et se terminait le 24 décembre. C’était la période préparatoire à la venue de l’Enfant-Jésus sur terre. Les adultes les plus pieux faisaient pénitence; les enfants se privaient de bonbons… C’était un temps de préparation et d’attente, marqué par la ...

Lire la suite »

La Sainte-Catherine

Soirée de tire (Edmond-J. Massicotte, Les Canadiens d'autrefois, 1923)

Dans plusieurs paroisses du Québec, on fêtait autrefois la Sainte-Catherine quand arrivait le 25 novembre. Ce n’était pas la fête la plus importante du calendrier liturgique, loin de là, mais c’était une occasion agréable de fêter ensemble en mangeant des bonbons et, pour les jeunes filles, de faire connaissance avec des garçons. La Sainte-Catherine est une fête qui remonte au Moyen-Âge ...

Lire la suite »