Accueil » Articles » Actualités » Budget 2016 de Mont-Saint-Hilaire : bâtisseurs de notre communauté
Visuel_budget_2016_Web

Budget 2016 de Mont-Saint-Hilaire : bâtisseurs de notre communauté

Tel que prévu, c’est dans la foulée des grandes consultations que les nouveaux grands développements sont en pause et que les nouveaux revenus sont limités. Ceux-ci ne sont qu’à peine de 1 % alors que l’inflation prévue pour 2016 est de 2,3 % pour la région métropolitaine. Faisant aussi face à des hausses inévitables des dépenses, la Ville de Mont-Saint-Hilaire a tout de même limité l’augmentation du compte de taxes. Pour une résidence unifamiliale moyenne de 382 900 $, la majoration sera de 2,95 %, soit 94,37 $ pour 2016. Cette hausse est au tiers due au Pacte fiscal qui n’avait pas été taxé l’an dernier, contrairement à plusieurs autres villes de la région. Au total, le budget d’opération s’élève à 33 116 500 $.

« Nous vivons présentement une situation historique », explique le maire Yves Corriveau. « Devant la situation, nous aurions pu choisir de couper dans les services pour équilibrer le budget à tout prix; mais cela aurait manqué de vision. Nous aurions aussi pu décider de planifier le développement et l’imposer; mais ce n’est pas ainsi que l’on bâtit une communauté. C’est pourquoi nous avons choisi la route des bâtisseurs : celle qui permet de planifier les grandes orientations avec la population et d’assumer, ensemble, ce que cela représente. C’est un investissement extrêmement précieux dans notre avenir. C’est la page d’histoire de notre génération que nous sommes en train d’écrire. »

Le premier magistrat précise que ce budget permet à la Ville de poursuivre l’amélioration de ses services aux citoyens, de limiter les grands investissements aux plus prioritaires et de laisser beaucoup de place pour la suite des consultations/participation citoyenne à venir en 2016.

Principales variations des revenus et des dépenses

Avant la taxation et la tarification, les nouveaux revenus augmentent de 336 300 $. Ces revenus sont toutefois amputés par la baisse de l’appropriation des surplus qui avaient été utilisés l’an dernier pour absorber une part importante du pacte fiscal. La baisse de la subvention aux matières recyclables, également comptabilisées dans les revenus, est de l’ordre de 225 000 $. S’ajoutent à cela d’autres baisses importantes de revenus. Au total, comparativement à 2015, la variation des nouveaux revenus est en baisse de 696 100 $.

Au chapitre des dépenses, elles sont en hausse de 870 900 $. Principalement, il y a le respect des conventions collectives ainsi que d’autres éléments ponctuels, liés à la masse salariale. Il faut ici noter que deux postes seront comblés pour deux projets bien précis et non renouvelables, à savoir : l’implantation de la carte du citoyen et la refonte du Plan d’urbanisme durable. Il y a également l’amélioration du Service de sécurité incendie, en conformité avec le Schéma de couverture de risques. Enfin, le service de la dette et les frais normaux d’indexation complètent la liste des grands postes qui expliquent cette hausse. Considérant d’autres éléments de dépenses en moins cette année, l’augmentation des dépenses est concrètement de 334 800 $.

« Malgré cette situation peu commune, et considérant l’impact du pacte fiscal sur le budget de la Ville, nous sommes satisfaits d’avoir limité la hausse du compte de taxes à 2,95 % pour la maison moyenne », déclare le maire Corriveau.

 Investissements importants

Le Plan triennal d’immobilisations (PTI) en 2016 prévoit des investissements de l’ordre de 20 133 000 $. Il s’agit principalement de la construction de la caserne incendie, de la réfection du chemin de la Montagne, du boulevard Honorius-Charbonneau et de la rue Saint-Pierre, de travaux de voirie, de réhabilitation d’aqueducs-égouts, des parcs et espaces verts incluant les jeux d’eau, de l’achat du terrain pour l’éventuelle nouvelle école et d’équipements et de matériel roulant.

D’autres investissements importants sont planifiés pour 2017 et 2018, tels que la réfection de l’hôtel de ville, la rénovation de l’école Sacré-Cœur ou la piste cyclable sur la rue Provencher. Ces projets seront intégrés aux consultations publiques sur les grands investissements et les services au cours de l’année 2016.

La dette

Ces importants travaux auront un impact sur la dette à l’ensemble. En 2016, elle sera en hausse de 7 millions $ pour s’établir approximativement à 46,7 millions $. Le service de la dette à l’ensemble représentera environ 15,36 % du budget de fonctionnement alors qu’il était à 15,66 % en 2011.

Quant au service de la dette globale pour la Ville, il augmentera de 245 100 $, ou 4,94 %. Néanmoins, l’endettement total net à long terme de Mont-Saint-Hilaire se situe nettement sous la moyenne québécoise des villes de taille comparable, par rapport à sa richesse foncière uniformisée.

Consultations de 2016

Les grandes lignes de la prochaine phase de développement de l’aire TOD du secteur de la gare étant dessinées, les citoyens sont invités à poursuivre la réflexion sur les grands enjeux de développement avec les suites de la planification du Plan d’urbanisme durable (PUD). De même, 2016 sera l’année où seront discutés les prochains grands investissements pour la Ville ainsi que des services offerts, le tout en considérant l’influence des décisions qui seront prises sur la fiscalité. Pour Yves Corriveau, « il est important de continuer le travail collectif que nous avons amorcé. Avec la communauté, nous allons pouvoir établir ce que nous voulons comme investissements pour nous et nos enfants. Nous pourrons également voir à moduler ou bonifier l’offre de services. J’ai confiance qu’ensemble, nous prendrons les meilleures orientations possible pour la qualité de vie et l’avenir de Mont-Saint-Hilaire! »

Pour toute information complémentaire sur le budget, on consulte le www.villemsh.ca.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.